Chroniques de l’Enfant

Extrait des « Chroniques de l’enfant »

Au commencement donc étaient Gaia et le Fondateur. Ils étaient alors dieu et déesse et « enfantèrent » l’univers en lui donnant leurs caractéristiques respectives:

Le fondateur expulsa la terre et le feu donnant ainsi à l’univers sa structure fixe qu’il symbolisa par le carré, signe masculin de stabilité et de force.

Du souffle et des larmes de gaia apparurent l’air et l’eau, éléments mutables qu’elle symbolisa par le cercle, signe féminin de l’âme et de l’intuition.

Cet univers était grandiose beau mais chaotique. Les éléments s’opposaient sans qu’aucun d’entre-eux ne puisse prendre le dessus. A cette époque Gaia et le fondateur souhaitaient l’harmonie. Ils conçurent donc l’enfant.

L’enfant, symbiose des caractéristiques élémentaires de ses parents, apporta l’ether, élément neutre qui fut symbolisé par le triangle création parfaite(dont l’apex est la résultante des deux autres angles), symbolisant l’esprit. L’ether joua son rôle de stabilisateur et l’univers put accueillir la vie……

extrait des « chroniques de l’enfant » (suite)

Puis la dysharmonie arriva. Le fondateur et gaia perdirent  leur divinité . Ils s’incanèrent de nombreuses fois, oubliant peu à peu de leur substance divine tout en conservant certains pouvoirs qui les faisaient paraître néanmoins extraordinaires au commun des mortels. Le mal était fait, la rupture consommée. Gaia et le Fondateur choisirent leurs voies respectives que les hommes ont trop vite classées en Bien ou Mal (il n’y a que l’homme pour être aussi distinctif…chacun n’a t il pas sa part d’ombre et de lumière?).

Les hommes créèrent la symbolique pour immortaliser le souvenir de ces évènements (Le symbole « parle » plus que les mots mais le symbole devient vite hermétique pour celui qui ne veut pas réfléchir…).
C’est ainsi que naquit la symbolique du carré, du cercle et du triangle qui entra peu à peu dans l’oubli mais conserva une signification ésotérique.
La magie naquit de ces symboles dont l’évocation déclenche encore de nos jours de puissantes réactions.

Mais qu’était devenu l’enfant ?

L’enfant, contrairement à ses « parents » ne se réincarna pas. Il conserva
ainsi le souvenir intact de ce qu’il était et de ce qu’il serait. L’enfant, création parfaite choisit l’androgynat car il ne pouvait dissocier les qualités féminines de Gaia et les qualités masculines du Fondateur. Il était à la fois homme et femme (cercle carré et triangle). Son seul pouvoir était celui de l’harmonie (où « bien » et « mal » trouvaient leur place de façon cohésive). Mais il est difficile de trouver sa place dans un monde où tout est distingué, classé, ordonné dans des pseudo-sciences.
L’enfant dû cacher sa différence et, de l’androgynat, il passa à la sexomorphose. Il alternait ainsi les phases cercle(femme) et carré(homme). Cette solution lui garantissait la paix et l’intégration mais supprima une partie de l’harmonie dont il était porteur. L’enfant pu se reproduire de lui même évitant l’oubli partiel lié aux réincarnations

[QUELQUES PAGES ONT ETE EFFACEES (l’usure du temps? la volonté de cacher?…)]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *